Environ 18 personnes ont trouvé la mort et 50 blessées lors d’une attaque dans un collège technique de Kertch en Crimée, ce 17 octobre. L’auteur de cette attaque, un élève, rapportent les médias du vieux continent a lui aussi mis fin à ses jours après l’acte ignoble.

<!– mily:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:”Times New Roman”; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt; line-height:115%;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} –>

Il s’agit, rapportent les mêmes sources, d’une explosion qui a fait au moins 18 morts ce 17 octobre, et 50 autres blessées  dans le collège polytechnique de Kertch, ville portuaire de la péninsule de Crimée, annexée en 2014 par la Russie au détriment de l’Ukraine. En réalité l’engin explosif, bourré d’objets métalliques, a été déclenché dans la cantine de l’établissement en fin de matinée, faisant pour la plupart des victimes adolescentes. Et, à en croire le Comité d’enquête russe, l’auteur de l’attaque, un élève du collège par surcroît a mis fin à ses jours. Un adolescent de 18 ans dont le corps a été retrouvé à l’intérieur du lycée. Selon le même Comité d’enquête, les victimes n’ont pas été tuées par la détonation de l’engin explosif, mais par les tirs qui ont suivi. Un bilan triste et déjà salé plus ou moins qui pourrait encore s’alourdir, parce qu’il y a de nombreux blessés, admis aux soins dans les hôpitaux. Cet acte barbare qui ramène à la surface, le problème du terrorisme, un phénomène des temps actuels et qui sévit un peu partout dans le monde est à déplorer.

Ghislain Printant  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.