L’audition des présumés coupables dans cette affaire dite Écureuils Cadets Gate se poursuit. Après avoir écouté les premiers qui étaient à la barre il y a quelques minutes, le juge Rodolphe Azo a écouté l’ancien Directeur des compétitions, Quentin Didavi qui a fait lui aussi, sa déposition. C’est ainsi qu’il a révélé qu’il n’était plus Directeur des compétitions de la Fbf avant l’Irm de Lomé, qu’il aurait été déjà relevé de ses fonctions.  <<Une fois que les enfants ont avoué leur âge réel, si j’étais le décideur, il n’y aurait plus question d’irm>>, a-t-il ajouté.Mr EKOUÉ MOÏSE dit qu’il ne maitrise rien du dossier et qu’il n’était pas de la délégation qui était au Nigeria.L’entraîneur des gardiens de but Jean Louis Noumahangnan par contre a dit que c’est après l’Irm de Niamey qu’il a su que le gardien a plus de 17 ans. Contre toute attente, le C A de la commune de Tchaourou a laissé entendre qu’il ne sait pas comment sa signature s’est retrouvée sur  l’acte de naissance d’un joueur. Le secrétaire général de la mairie  D’ADJOHOUN a avoué une fois à la  barre qu’il a accepté faire un autre acte de naissance au joueur compte tenu des relations qu’il y a entre eux. Curieusement Zépherin Déguénon à la barre essaie dans sa déposition de protéger l’ancien de la Fbf Anjorin  Moucharafou en remettant en cause, les propos de Quentin Didavi. Très vite, le  juge et les avocats des présumés lui ont remonté les bretelles.

Ghislain Printant (envoyé spécial au TPI de Cotonou)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.