Le 10 janvier de chaque année, les Béninois célèbrent les religions endogènes. Cette journée marque en effet, la fête du vodoun où la tradition, les richesses culturelles du Bénin sont valorisées. C’est aussi une journée de sacrifices et de prières dans tous les couvents et forêts sacrés. Dans la commune de Tori-Bossito, l’événement a été célébré dans la joie et grâce à la prière au Palais Royal de sa Majesté, Roi Kinnidégbé Gbènan Gbozèkpa.

Ils étaient des centaines à honorer de leurs présences ce jeudi 10 janvier 2019 cette fête du Vodoun à Tori-Bossito. Autorités à divers niveaux, sages et notables, les groupes folkloriques et les populations sorties  massivement. Dans son message, le Roi de Tori-Bossito, sa Majesté le Roi Kinnidégbé Gbènan Gbozèkpa a prié pour le Chef de l’Etat, son entourage immédiat, les syndicalistes et tous les acteurs politiques afin que l’esprit de paix et de développement les animent. Après son intervention, plusieurs voix se sont fait entendre. Il s’agit de celles d’Euloge kougbè, Julien Kpinkoun etc. Selon monsieur Euloge Kougbè, cette fête témoigne de l’importance des religions endogènes dans le processus de développement économique et culturel du pays. C’est également l’occasion pour les filles et fils du Bénin de renouveler les liens sacrés qui existent entre eux. Il a remercié tous ceux qui de près ou de loin ont participé à la réussite de cette édition. Pour terminer, il a remercié le chef Patrice Talon qui a pris l’engagement de redorer aux religions endogènes du Bénin, leur blason. “La culture sans ma culture m’acculte”, a martelé monsieur Julien Kpinkoun, membre du comité de réhabilitation du palais royal de Tori-Bossito. Pour ainsi dire que quelque soit son origine ou son appartenance, l’homme doit accepter et respecter les religions endogènes. Car elles sont gages de développement, de protection et de Bonheur. Il a donc exhorté les populations du Bénin en général et celle de Tori-Bossito en particulier à ne point douter des bienfaits du Vodoun. Pour terminer, il a adressé ses sincères remerciements à l’endroit du chef de l’État Patrice Talon qui depuis 2016 entend donner plus de valeur et de place aux religions endogènes du Bénin. Il est important de rappeler que cette fête instituée par l’ancien président Nicéphore Dieudonné Soglo permet non seulement d’honorer les divinités ancestrales dont regorge le Bénin mais de montrer à la communauté internationale l’importance du Vodoun dans la tradition béninoise.

Osiris Béhanzin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.