Plus de peur que de mal ! La cérémonie d’installation des députés de la 8ème législature de l’Assemblée nationale a été effective hier. Démarrée aux environs de 10 heures 10mn à Porto-Novo, elle a pris fin aux environs de 13h30 par une photo de famille des 83 députés issus des 24 circonscriptions électorales que compte notre pays. Seulement, de mémoire d’hommes, c’est pour la première fois qu’une cérémonie d’installation des députés s’est déroulée sous une haute surveillance policière. Militaires, policiers républicains, sapeurs pompiers et même para commandos ont été mis à contribution pour éviter des dérapages. Evidemment, l’opposition qui a été littéralement exclue de cette joute électorale du 28 avril dernier continue par ruminer sa colère. Elle continue par rougir dans la mesure où, tous les ingrédients ont été réunis pour qu’elle ne puisse pas participer à cette fête électorale qui a toujours été des moments de débauche d’énergie et de gaîté. Pour une installation d’élus du peuple, c’en était vraiment une au point où on se croirait en état de siège. En effet, toutes les encablures du palais des gouverneurs ont été militarisées. Les commerces qui s’y trouvent ont été fermés. Les entrées du palais des gouverneurs sont filtrées. N’entre pas qui veut, mais, qui y est autorisé à y rentrer pour une tâche ponctuelle. Même dans certaines écoles de la ville capitale, les élèves ont été priés de rester chez eux, car, les signaux pour une insurrection étaient au rouge. Mieux, tous les carrefours de la cité des ‘’Ainonvis’’ sont pris d’assaut par des militaires et policiers lourdement armés. Que dire des agents de renseignements ? Ils ont assiégés la ville et sont à tous les points chauds.

Quid de la cérémonie proprement dite

Comme mentionné dans les textes, c’est le doyen d’âge Wallis Zoumarou, élu dans la 13e circonscription électorale sur la liste du Bloc Républicain qui a ouvert les travaux. Le doyen d’âge Wallis Zoumarou, du haut de ses 77 ans a, à l’entame de la cérémonie  félicité ses collègues pour leur élection au terme des législatives 2019. Le président Wallis Zoumarou est assisté par les deux plus jeunes députés Epiphane Honfo et Yacoubou Orou Sé Guéné, respectivement élus sur la liste de l’Union Progressiste dans la 6e circonscription électorale et la liste du Bloc Républicain dans la 8e circonscription électorale. Yacoubou Orou Sé Guéné a lu la décision de la Cour constitutionnelle qui proclame les résultats des élections législatives du 28 avril dernier.
Le troisième membre qui compose le bureau Epiphane Honfo a donné lecture des différentes contestations.
En effet, la Cour constitutionnelle a été saisie par différentes requêtes sur l’invalidation d’une douzaine de sièges. Des recours ont été formulés contre Marcellin Aka Worou, Dominique Atchawé, Wallis Zoumarou, Bida Y. Abdouramani, Boniface Yehouetome, Natonde Ake, Nestor Noutai, Badiarou Aguemon, Comlan Patrice Nobimè, David C. Biokou, Salifou Issa, Alassane Seidou.
A cela s’ajoute des députés du parti Bloc Républicain dans la 5ème Circonscription électorale, et des députés de l’Union Progressiste des 9ème et 20ème circonscription électorale.
A signaler que le bureau d’âge qui, visiblement n’a pas été bien coaché a durant toute la cérémonie cafouillé. A cela s’est ajoutée une défaillance criarde des micros de l’hémicycle qui ont été plus d’une fois changés pendant la cérémonie. Cela a suffit pour que certaines langues trouvent que la nature était contre ces députés mal élus. Mentionnons que ce bureau d’âge  finit sa mission après l’élection et l’installation du nouveau bureau du parlement qui est prévu pour ce jour à partir de 10 heures au Palais des gouverneurs. Il est composé, du président de l’Assemblée nationale, de deux vice-présidents, de deux questeurs et de deux secrétaires parlementaires. C’est parti donc pour quatre ans  pour ces députés de la 8e Législature.

Bachirou Assouma (Coll)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.