Le président de la Confédération africaine des sports boules (Casb), l’honorable Idrissou Ibrahima (en photo) était face à la presse ce vendredi 17 mai 2019 au siège de l’Institution à Cotonou. Occasion pour lui de lever un coin de voile sur les tenants et les aboutissants de l’attribution de l’organisation du championnat du monde de pétanque 2022 au Bénin d’une part, et de souligner la tâche qui attend pour la réussite de cet événement, la Fédération béninoise de pétanque (FBP) d’autre part.

D’entrée, il a confirmé officiellement aux hommes des médias, la nouvelle de l’attribution du championnat du monde de pétanque 2022 au Bénin. En effet, cette attribution du 50ème championnat du monde de pétanque a-t-il dit, est l’œuvre des membres de la Fédération internationale de pétanque et jeu provençal (FIPJP), en l’occurrence le président Claude Azéma de cette instance mondiale. A l’en croire, la Casb n’a fait que « ficeler, monter le dossier qui date du règne de Feu Général Mathieu Kérékou II ». Lequel dossier, a-t-il insisté, a été réintroduit en Chine et en Espagne à Alméria en début de ce mois de mai. Très reconnaissant, l’honorable Idrissou Ibrahima a souligné au passage,  l’importance accordée par l’actuel gouvernement du président Patrice Talon au sport sous le sceau de son programme d’actions (Pag). En témoignent a-t-il dit, “les audiences accordées au président de la FIPJP, Claude Azéma en particulier par les ministres béninois des affaires étrangères et des sports, Aurélien Agbénonci et Oswald Homéky en 2018”. « Le soutien du gouvernement béninois a été un facteur motivant pour la Casb dans le suivi du dossier d’attribution de l’organisation du championnat du monde 2022», a-t-il insisté. Pour la suite, il espère que le ministère des sports et la Fédération béninoise de pétanque « conjugueront leurs efforts afin de relever cet immense défi de l’organisation». Car, pour un événement d’une telle envergure, le Bénin accueillera en 2022, plus d’un millier d’acteurs dans le cadre de ce championnat du monde. Souhaitant une organisation réussie au Bénin, il est revenu non seulement sur les difficultés rencontrées dans l’attribution de l’événement, mais aussi sur la construction des infrastructures, notamment des boulodromes avant sa tenue.

Des dossiers comme l’organisation des masters et l’implantation au Bénin d’une usine de fabrication de boules n’ont pas été occultés. Pour le président de Casb, la tenue des masters au Bénin est autant d’actualité comme la construction d’une usine de fabrication de boules dont le budget estimatif est évalué à 4 milliards de francs CFA environ. Précédemment envisagée à Parakou, l’implantation de l’usine se fera désormais dans la commune de Sèmé-Podji, ce qui pourrait réduire le coût du budget, a-t-il conclu.

Bertine Gaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.